Français

NOUVELLE APPROCHE THERAPEUTIQUE DANS LES MALADIES NEURODEGENERATIVES (ALZHEIMER....) : LA CHELATO-THERAPIE SELECTIVE

La maladie d’Alzheimer affecte actuellement plus de 450 000 personnes en France (4,5% des personnes de plus de 65 ans). Dans 20 ans, le nombre de personnes atteintes par cette maladie va rattraper celui des cas de cancers. La découverte de nouvelles thérapies efficaces, capables de bloquer dès les stades précoces l’évolution de la maladie, est un enjeu majeur de santé publique et un défi pour les laboratoires de recherche du domaine pharmaceutique. De nombreuses études indiquent que les concentrations de cuivre sont anormalement élevées dans les plaques amyloïdes dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ces ions sont à l’origine d’un stress oxydant entraînant la mort des neurones. Des études menées en collaboration avec le laboratoire de chimie de coordination du CNRS à Toulouse et le centre de recherches sur la cognition animale (UMR Université Paul Sabatier - CNRS) ont mis en évidence le rôle bénéfique de chélateurs spécifiques du cuivre in vitro comme inhibiteurs de la formation d’espèces réactives de l’oxygène par les amyloïdes en présence d’ions cuivre et in vivo dans la perte de mémoire chez des souris non-transgéniques. PALUMED a co-déposé avec le CNRS un brevet sur des chélateurs spécifiques du cuivre (mars 2003 et août 2005). Deux brevets US ont été obtenu en 2012 (n° 8,247,356 B2 et n° 8,324,196 B2) et les demandes en Europe et au Canada ont été acceptées en mars 2014. A partir d’un panel de molécules actives in vitro et in vivo, un candidat-médicament a été identifié (PA1637). Cette molécule est capable d’inhiber 100% des pertes de mémoire épisodique chez la souris (Ceccom et al. Plos One, 2012, vol. 7(8), e43105. PALUMED a signé le 28 mai 2013 un accord de collaboration avec une société pharmaceutique privée chinoise pour le développement clinique de la molécule PA1637 comme candidat-médicament pour le traitement de la maladie d’Alzheimer.